Carine Jacquier, professionnelle de l’équicoaching

Carine Jacquier, fondatrice de Qilin, professionnelle de l'equicoaching

Fondatrice de Qilin-SA, je pratique l’activité équestre depuis plus de 25 ans dans différentes disciplines (dressage, jumping, promenade, horse-ball, voltige, cross …).

​Mes 16 ans d’expérience au sein d’un grand groupe international à plusieurs postes à responsabilités (Ressources Humaines, Management de Projets, Directions des Achats) m’ont permis de développer des compétences de management et de stratégie, et d’acquérir une excellente connaissance des différentes organisations et de leur complexité.

J’accompagne dans le cadre de référence de l’Analyse Transactionnelle, approche systémique des organisations. Cette théorie de l’organisation consiste à regarder l’autre dans son potentiel, sans jugement, et à créditer la notion de coopération comme base essentielle de l’efficacité des individus et des groupes.

Cet ensemble théorique est indissociable de ma philosophie et constitue mon cadre de référence pour l’accompagnement du changement. C’est cet ensemble de compétences qui me permet aujourd’hui d’enseigner avec passion et professionnalisme l’équicoaching, sans jamais occulter les valeurs fondamentales qui me guident : intégrité, positive attitude, écoute active… 

L’origine de Qilin

Le Qilin ou Kirin est un animal composite fabuleux issu de la mythologie chinoise possédant plusieurs apparences. Il tient généralement un peu du cerf et du cheval, possède un pelage, des écailles ou les deux, et une paire de cornes ou une corne unique semblable à celle du cerf. Créature cosmogonique et roi des animaux à pelage, il ne réside que dans les endroits paisibles ou au voisinage d’un sage, en découvrir un est toujours un bon présage. On lui prête aussi le pouvoir d’amener un fils talentueux qui fera de grandes choses. Il apparaît dans les textes (mais pas toujours dans les représentations) avec une corne unique, et il est souvent appelé licorne dans les langues occidentales.

Le nom de K’i lin comprend le radical des cervidés. En mandarin, on le nomme qílín, en japonais kirin, et en vietnamien kỳlân. Il est parfois surnommé « cheval dragon » et familièrement sibuxiang (littéralement « qui ne ressemble à rien »). Qí ou K’i est le nom du mâle et lín celui de la femelle, qílín la combinaison des deux.

Le qilin est l’incarnation même de l’harmonie : sa démarche est régulière, il ne fait pas un pas sans avoir regardé auparavant où il va mettre le pied et ne détruit rien sous son sabot, pas même les brins d’herbe[3]. Il ne traverse que les bons endroits et couche en terrain plat. Végétarien, il ne mange rien qui ne soit parfait, aucun animal ne craint ses traces invisibles mais il est souvent seul et peut marcher sur l’eau comme sur terre[3]. Nommé « bête bienveillante » (仁獸/仁兽rénshòu) ou « bête auspicieuse » (瑞獸/瑞兽ruìshòu), on prétend qu’il est l’émanation de Taisui, dieu astral de Jupiter qui gouverne le destin de l’année, et qu’il peut vivre deux mille ans. Un érudit de l’époque Han dit qu’il est la plus noble des créatures animales, l’emblème du bien parfait et qu’il peut vivre mille ans.

Qilin l'emblême de la bienveillance